Mes Morts 

 

Dans le miroir, mourir d'envie se voit en envie de mourir ; c'est une drôle de symétrie. Il y a donc la mort qui fait mourir et des morts qui font partie de la vie. De même qu'on voit Naples sans mourir, sans mourir on meurt d'amour, de peur, de sommeil, de chagrin ou d'ennui. Bref, de mort en mort on vit sa vie. La mort dans l'âme, et pour finir, je pourrais me fâcher à mort, autant dire à vie, quand je me tue à vous l'expliquer et que vous mourez de rire.

 

février 2017

 

si vous avez aimé, partagez avec vos amis

et laissez un commentaire !

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires  

 
# Guest 26-03-2017 16:08
Tout est contenu dans la première phrase, parfaite, celle du miroir. Ce qui s'ensuit pourtant est nécessaire pour étoffer l'idée, charmante, et pour nous donner plus envie de rire que de mourir. Ce texte est un bijou.
ADO
Répondre
 

Informations supplémentaires